Ecomnews - Adds
Une « MIN » de projets pour Marseille Méditerranée, le marché d'intérêt national
Par Nathalie Bureau du Colombier publié le 09 MARS 2021 à 09:08
Le MIN Marseille Méditerranée qui célèbrera en 2022 ses cinquante ans, fourmille de nouveaux projets pour les deux ans à venir. Le marché d’intérêt national se positionne comme la plate-forme de logistique urbaine de la Cité phocéenne et annonce 140 millions € d’investissements dans des commerces, restaurants, activités tertiaires, de l’hôtellerie et une halle tournée vers le quartier…

Avec la construction de la rocade L2, ce sont 8 ha et 25 000 m2 d’entrepôts qui ont disparu sous le coup des tractopelles… Pour autant, le MIN des Arnavaux rebaptisé Marseille Méditerranée en 2020 s’offre une nouvelle dynamique avec un investissement de 140 M€ dont 60% financés par les collectivités et 40% par le privé.

L’appel d’offres est imminent comme l’explique Marc Dufour, directeur général de la Somimar :

« Il nous faut ensuite 18 mois pour construire un projet qui va créer de l’emploi dans le quartier. Nous allons bâtir un hôtel de 90 chambres à la demande des transporteurs routiers et pour la clientèle de passage. Nous avons prévu des bureaux, un espace de coworking, un incubateur pour les foodtechs… Mais aussi des commerces et une halle de producteurs, un supermarché, un restaurant de poissons et une boucherie traiteur ».

?id=QrLMoyS70Abs7ywt4OO0v0LDFOTaTHr5

Tourné vers les habitants des quartiers nord et dans un souci de réduire le gaspillage alimentaire, le MIN abrite depuis décembre 2020 une banque alimentaire dans un entrepôt de 400 m2. Directement récupérés chez les producteurs et grossistes, les fruits et légumes transformés en conserves, compotes et autres coulis. « Nous essayons de réduire le gaspillage alimentaire et nous avons créé des ateliers de transformation.

Les produits sont ensuite distribués auprès d’associations caritatives », précise Marc Dufour. Résolu à développer des projets solidaires, inclusifs, le MIN Marseille Méditerranée fait le pari également des circuits courts, du bio et ambitionne de devenir neutre du point de vue énergétique sous deux à trois ans.

?id=PKZYmAr5k3i9hzaCVBQCdWz5A5a4DL1f

Devenir la première ferme solaire urbaine de France

Après la pose de 6 000 m2 de panneaux photovoltaïques sur les nouveaux bâtiments longeant la L2, le MIN envisage de construire la plus grande ferme solaire urbaine de France avec 100 000 m2 de toiture d’entrepôts couverts de panneaux d’ici à 2022/2023.

L’investissement sera porté par le MIN et un de ses actionnaires la Banque des Territoires, à travers la création d’une filiale. « Nous allons vendre l’électricité aux opérateurs avec l’objectif de devenir neutre.

La consommation électrique du MIN est très importante compte tenu des installations en froid. Nous possédons 80% de notre parc sous température dirigée » souligne Marc Dufour. La plate-forme se positionne également sur la logistique du dernier kilomètre en accueillant Urby. Deuxième site à Marseille pour la filiale de la Poste dédiée à la logistique du dernier kilomètre en mode doux.

?id=JbibUbMHINskjyDcmbt37CMW8B2sp29u

« Beaucoup de clients demandent à être livrés entre 6 et 7 heures du matin », détaille Marc Dufour. Chaque nuit, entre 3 heures et 8 heures du matin, près de 1500 acheteurs commerçants affluent pour faire leur marché à la rencontre des 265 producteurs régionaux abonnés à l’année et d’une soixantaine de grossistes.

Ecomnews - Adds