Ecomnews - Adds
Montpellier : Quel bilan pour le CHU pour 2019 mais surtout quelles priorités pour 2020 ?
Par Denys Bédarride publié le 21 JAN 2020 à 08:00
A l’occasion de la cérémonie des vœux du CHU de Montpellier, Thomas LE LUDEC, Directeur Général, a dressé le bilan d’une année riche en réalisations pour le CHU. Il a tenu à saluer le travail réalisé par l’ensemble de la communauté hospitalière dans un contexte de forte dynamique d’activité. Enfin, il a dressé les enjeux auxquels le CHU de Montpellier fait face pour devenir un hôpital résilient et durable.

Des professionnels engagés au service de la santé de tous

Près de 11 000 professionnels, exerçant 150 métiers, travaillent au CHU de Montpellier. Thomas Le Ludec, Directeur Général, a tenu à leur rendre hommage : « Notre société demande beaucoup à l’hôpital public. Elle lui demande de soigner tout le monde, quel que soit son problème de santé, quel que soit l’heure du jour ou de la nuit et bien sûr, quel que soit sa situation économique et sociale, avec la même qualité, la même attention et le même accès aux soins les plus innovants. Les hospitaliers sont tous fiers de participer à cette mission. Chacune et chacun des professionnels du CHU, quel que soit son métier et sa plus ou moins grande proximité avec le patient y participe. »

En 2019, le CHU de Montpellier a créé 70 équivalents temps plein (ETP), tous métiers confondus, pour accompagner le développement de ses activités au service des patients.

En parallèle, le CHU de Montpellier a poursuivi les actions engagées en faveur de la prévention des risques professionnels et de l’amélioration de la qualité de vie au travail. Au global, sur 2018-2020, plus d’1,5 million d’euros ont été spécifiquement fléchés sur ces thématiques.

Cette somme a permis de réaliser des investissements très concrets au plus près des besoins des services. Par exemple, des aides techniques au transfert des patients (telles que des draps de rehausse ou des planches de transfert) ont été acquises, notamment pour le service des urgences adultes. En outre, le dispositif d’accompagnement des agents victimes de violences a été consolidé.

De plus, en 2019, un nouveau protocole d’exercice du droit syndical a été signé entre des organisations représentatives du personnel et la Direction du CHU, posant les principes du dialogue social au sein de l’établissement. Ce dialogue social permet de faire remonter les problématiques rencontrées par l’agent et d’y apporter des réponses, dans le cadre d’un échange fondé sur l’écoute et le respect avec les représentants du personnel.

En 2019, ces échanges ont, par exemple, permis de réviser les périodes de congés annuels des agents soumis aux contraintes de continuité de service pour leur permettre de bénéficier plus facilement de congés en période estivale.

Pour l’année 2020, le CHU de Montpellier entend poursuivre cette dynamique en faveur de l’amélioration des conditions de travail de ces professionnels. Pour cela, plusieurs projets sont en cours sur l’accompagnement à la parentalité, le développement du coaching d’équipe ou encore la création d’un réseau de médiateurs internes pour apaiser les situations de conflits.

De plus, dans un objectif de simplification, les crédits de formation continue seront délégués aux pôles d’activité pour que chaque secteur puisse lui-même définir les priorités de formation pour ses agents.

Enfin, le CHU travaillera en 2020 à l’élaboration d’un plan global d’attractivité et de fidélisation de ses professionnels, ciblant prioritairement les métiers en tension, en s’appuyant sur l’ensemble des leviers de valorisation mis à disposition de l’établissement, dans le cadre du plan « investir pour l’hôpital » annoncé par le gouvernement le 20 novembre dernier.

?id=P5eDD0O4Awq1bLlFfPS0nVDt9T5X1EDl

Un hôpital dynamique, dont l’activité de soins progresse

En 2019, l’activité du CHU de Montpellier continue de progresser, en cohérence, avec l’augmentation des besoins de la population dans un territoire à la dynamique démographique particulièrement forte.

Ainsi, la file active, c’est-à-dire le nombre de patients différents, soignés au CHU progresse de 4,8% en externe, portant le nombre de consultations externes à plus de 578 000.

Le nombre de séjours d’hospitalisation en médecine, chirurgie, obstétrique progresse de 2,9% entre 2018 et 2019, dont +4.7% pour les seuls séjours ambulatoires. Le nombre de séjours en hospitalisation au domicile des patients, augmente également significativement de 5%.

Ce dynamisme de l’activité de soins est le fruit de la mobilisation constante des professionnels pour répondre aux besoins de la population et de leur expertise et leur compétence que les patients leur reconnaissent. En effet, environ 30% des usagers qui viennent se faire soigner au CHU de Montpellier habitent hors du département de l’Hérault.

A l’occasion de son discours, le Directeur Général a souligné l’engagement des professionnels « Je tiens à saluer les efforts conséquents réalisés par l’ensemble de la communauté hospitalière pour répondre à cet accroissement des besoins de santé de notre population ».

?id=QSaeWFe9YAnO7NslEt00CPUoIGVw3lES

Un hôpital qui renforce son offre de soins pour mieux répondre aux besoins de nos patients.

De nombreux projets ont été menés en 2019 pour adapter l’organisation du CHU à l’évolution des besoins et renforcer certaines activités en développement.

Ainsi, en 2019, le CHU de Montpellier a ouvert une nouvelle unité de surveillance continue de 12 lits à l’hôpital Lapeyronie pour offrir une prise en charge spécialisée de haut niveau aux patients après une intervention chirurgicale lourde.

10 lits de court séjour gériatrique supplémentaires ont également été créés en novembre 2019 pour faciliter l’hospitalisation directe des personnes âgées fragiles qui en ont besoin, sans passer par le service des urgences.

Pour structurer la filière de prise en charge des accidents vasculaires cérébraux, une nouvelle salle de neuroradiologie interventionnelle a été mise en service à l’hôpital Gui de Chauliac et 4 lits supplémentaires de surveillance continue ont été ouverts au sein de la filière neurologie.

Au global, le CHU de Montpellier a réalisé 40 Millions € d’investissements en 2019. Ce montant comprend plusieurs opérations importantes qui sont en cours de réalisation et seront finalisées en 2020.

Ainsi, le département des maladies infectieuses et tropicales déménagera, en 2020, dans un nouveau bâtiment, dédié à cette spécialité, sur le site de la Colombière. Ce bâtiment permettra d’organiser une prise en charge optimale des patients en fonction de leurs besoins, avec notamment des systèmes de traitement d’air permettant de prévenir les risques de contagion.

Une partie des lits d’hospitalisation en addictologie du CHU seront également déménagés sur le site de la Colombière, grâce à la rénovation d’un bâtiment existant. Ces deux opérations permettront de libérer de l’espace au sein de l’hôpital Saint-Eloi qui permettra, notamment d’accroitre les capacités d’hospitalisation du CHU en soins palliatifs passant de 6 à 12 lits.

En parallèle, le programme de modernisation de l’hôpital Gui de Chauliac se poursuivra avec la modernisation du service de réanimation dédié à la filière tête et cou, pour un montant de plus de 5 Millions €.

En outre, la filière de prise en charge en pneumologie sera repensée avec une restructuration en 2020 des secteurs de consultations et d’hospitalisation de jour sur l’hôpital Arnaud de Villeneuve. Cette opération permettra de mieux prendre en charge les patients atteints de maladies chroniques, qui, s’ils ne relèvent pas nécessairement d’une hospitalisation, ont besoin de réaliser régulièrement des examens complexes et coordonnés sur une journée pour adapter leur traitement et leur accompagnement en fonction de leur état de santé.

A l’hôpital Lapeyronie, l’ensemble du secteur d’hospitalisation en chirurgie pédiatrique sera rénové pour améliorer le confort d’accueil des patients et les conditions de travail des professionnels.

L’année 2020 sera également marquée par le début des travaux du bâtiment unique de biologie médicale dont l’ouverture est prévue en 2024. Ce bâtiment regroupera une vingtaine de laboratoires du CHU de Montpellier avec un plateau technique innovant pour soutenir les projets de recherche des équipes du CHU.

Enfin, le projet « Balmès 2 » franchira, en 2020, une première étape importante avec le choix, par les équipes du CHU, du maitre d’œuvre du futur bâtiment. Ce nouveau bâtiment construit à proximité du centre Antonin Balmès, dont la mise en service est programmée pour 2024, sera consacré à la filière personnes âgées.

?id=FqlPQcxzaPdTa716j2yfp6xlfNDaMCPy

Un hôpital qui innove au bénéfice des patients

En 2019, le CHU a obtenu un accompagnement financier de la région Occitanie sur des crédits FEDER pour lancer le projet CARTIGEN porté par le Pr. Jorgensen. Il s’agit de construire une nouvelle plate- forme régionale d’innovation sur la mobilité, pour proposer des solutions innovantes aux patients atteints de maladies chroniques ayant des conséquences sur leur mobilité dans leur vie quotidienne.

L’année 2019 a également été marquée par le déploiement au CHU d’un nouveau traitement, redonnant de l’espoir aux patients, pour certains lymphomes résistants aux thérapies habituelles. Ce traitement prometteur, appelé CAR-T-CELL consiste à prélever des cellules aux patients pour les lui réinjecter après modification génétique.

En outre, le CHU de Montpellier poursuit sa politique de soutien aux innovations portées par les professionnels. En effet, les instances du CHU ont validé la prise de participation du CHU à trois nouvelles start-ups créées grâce aux travaux de recherche et d’innovation des équipes de l’établissement.

En 2020, le CHU réalisera la 2ème phase d’extension de l’Institut de Médecine Régénérative de l’hôpital Saint-Eloi, cofinancée dans le cadre du pacte Etat-Métropole. Elle permettra d’accueil une plateforme innovation de pré-production de thérapies innovantes, pour accompagner le développement de la dizaine de start-ups installés dans les locaux mis en service en 2018.

?id=sx5xXuSglROUeheJ7Hp6k6MjNU44XU4b

Un hôpital en réseau, ouvert sur son territoire

Le CHU de Montpellier, hôpital de recours et de référence, travaille en synergie avec les autres établissements du territoire pour améliorer l’offre de soins de la population. Ainsi, une nouvelle ligne de SMUR dédiée au Cœur Hérault est progressivement déployée par les professionnels du CHU sur le site de l’hôpital de Clermont l’Hérault. Pour poursuivre le renforcement de l’accès aux soins urgents en Occitanie Est, le CHU déploiera, en 2020, une ligne de SMUR spécifiquement dédiée aux prises en charge en néonatalogie et en pédiatrie.

En 2019, le CHU de Montpellier a également déployé un partenariat innovant pour permettre la prise en charge des AVC par thrombectomie sur le CHU de Nîmes et le CH de Perpignan, en formant et en accompagnant les équipes locales. Ceci permettra aux patients victimes d’AVC de bénéficier des techniques les plus innovantes au plus proche de leur domicile.

Le renforcement de l’offre de soins en proximité ne se limite pas aux soins urgents. Ainsi, le CHU proposera en 2020 des consultations spécialisées avancées sur le territoire du Cœur Hérault dans la filière maladies chroniques.

L’étroite coopération avec le CHU de Nîmes sera poursuivie avec la création de plusieurs nouvelles fédérations médicales hospitalo-universitaire inter-établissement consacrées notamment aux maladies rares, à l’anatomopathologie, la médecine d’urgence.

L’année 2019 a été marquée par la création du groupement Aurores Méditerranée entre les cliniques du Dr. Ster et le CHU de Montpellier. Ce groupement permettra la construction sur le site de la clinique Ster de Saint-Clément-de-Rivière d’un nouveau bâtiment d’une centaine de lits permettant de proposer aux patients du CHU de Montpellier qui en ont besoin, une prise en charge de haut niveau en soins de rééducation à la sortie de leur hospitalisation du CHU.

En 2020, le CHU de Montpellier ambitionne d’associer de nouveaux établissements partenaires au groupement hospitalier de territoire Est-Hérault Sud-Aveyron pour renforcer les coopérations entre les établissements de santé publics et privés du territoire afin de mieux coordonner les parcours patients.

Les coopérations sont également très actives avec les collectivités territoriales et les associations d’usagers. En effet, 2019 a vu le lancement de trois projets de prévention et de dépistage en santé, avec la participation du CHU de Montpellier : Montpellier sans Hépatite C, M. Sans Sida et Montpellier Santé Orale.

Un enjeu de modernisation et de sécurisation des bâtiments du CHU pour préparer l’hôpital demain

Thomas Le Ludec, Directeur Général, l’a souligné dans son discours de vœux : « Outre ces opérations engagées, il est nécessaire de travailler collectivement en 2020 à a la traduction des projets médicaux en opérations de résilience des bâtiments existants, qui pourront être conduites dans la décennie.

Cette réflexion, nécessairement complexe et pluri-professionnelle, doit permettre d’imaginer au CHU des réponses réalistes et pragmatiques aux enjeux suivants :

  • La restructuration et l’extension de nos services d’urgences pour s’adapter à la progression continue de leur activité ;
  • La modernisation des pôles digestifs et cliniques médicales sur le site Saint-Eloi ;
  • L’amélioration des conditions hôtelières d’accueil de nos patients et de travail de nos professionnels sur l’hôpital Lapeyronie et l’hôpital Arnaud de Villeneuve ;
  • La traduction immobilière du projet médical en santé mentale, notamment pour les structures extérieures

?id=aWcYcHkR1sx8C1ChdaSg1LmS157WM2s1
A ces enjeux de modernisation, il est nécessaire d’ajouter des enjeux de sécurisation du site du CHU de Montpellier, face à l’accroissement du risque climatique avec d’une part, le risque inondation, d’autre part, le risque canicule.

Ces investissements sont très conséquents et vont prendre plusieurs années, mais ils sont indispensables pour sécuriser à long terme l’avenir du notre CHU.


« Ces investissements sécuritaires, s’ils sont nécessaires, ne doivent pas impacter les opérations de modernisation de nos sites que j’ai citées précédemment, attendues de nos patients et de nos professionnels » a conclu le Directeur Général.

Ecomnews - Adds