Ecomnews - Adds
Antibes, Cannes, Grasse et 83 autres communes s’unissent sous un « Pôle Métropolitain ». Explications
Par Olivia Oreggia publié le 12 FEVR 2018 à 09:00
Le lancement officiel s’est fait ce jeudi matin à l’Anthéa Théâtre d’Antibes. Du littoral aux montagnes du Mercantour, le Pôle Métropolitain regroupe désormais 86 communes et 450.00 habitants à l’ouest du département des Alpes-Maritimes. Quand les communautés d’agglomération de Sophia-Antipolis, Cannes, Grasse et la communauté de communes Alpes d’Azur décident de s’unir… pour le meilleur.

 

Premier à prendre la parole dans cette cérémonie de « mariage », Jean Leonetti a tenu d’emblée à apporter une précision. Histoire de balayer d’éventuelles polémiques.

« Je vais d’abord vous dire ce que ce Pôle Métropolitain n’est pas. Il n’est pas un pendant antagoniste de la Métropole (Nice Côte d’Azur, ndlr). J’en ai parlé avec Christian Estrosi qui considère que c’est une bonne initiative. » Voilà donc qui est posé.

« Si on faisait ça contre la Métropole, on ferait une Métropole ! », nous précisera par ailleurs le maire d’Antibes et président de la CASA. « Ce n’est pas non plus une substitution aux prérogatives du Département. Ce n’est pas non plus une fusion de nos communautés ».

Alors qu’est donc ce Pôle Métropolitain ? Et surtout, à quoi va-t-il servir ?

« C’est un outil de prospective et d’action immédiate qui va nous permettre de gagner en cohérence », nous explique David Lisnard, Maire de Cannes et Président de la communauté d’agglomération Cannes Pays de Lérins (CACPL). « Tous les 3 mois, il y aura une action concrète. Nous commencerons par les transports afin arriver à un titre de transport unique pour se déplacer au sein des 4 territoires. »

La mobilité mais aussi la gestion des déchets, l’environnement, le développement économique, l’attractivité… Il est prévu la mise en réseau des pépinières d’entreprises, la création d’un plan littoral ainsi que d’un plan montagne. Le tout pour 0€, assurent les élus.

« Cela ne se traduira par aucune création administrative, aucune bureaucratie, aucune rémunération supplémentaire », précise l’édile cannois.

« La souveraineté des communes et des EPCi est respectée », ajoute Jérôme Viaud, Maire de Grasse et Président de la Communauté d’Agglomération des Pays de Grasse (CAPG).

« L’ambition est que ce ne soit pas une structure supplémentaire. C’est une table ouverte pour les élus qui vont s’unir autour des projets et diminuer ainsi les coûts de fonctionnement de nos collectivités. » Des groupements de commande doivent ainsi permettre de réaliser des économies.

« Je suis heureux de ce mariage d’intérêt qui succède à un mariage d’amour », s’amuse le maire de Cannes. Cette union semble en effet reposer sur la bonne entente des quatre personnalités.

David Lisnard sera le premier à la tête de ce Pôle métropolitain. La présidence changera chaque année pour voir à tour de rôle les 3 maires se succéder. Président de la communauté Alpes d’Azur (dont le siège est à Puget-Théniers) et président du Département, Charles-Ange Ginesy en assurera quant à lui la vice-présidence.

?id=I9t6c9GdK3MUis8BD3GhFYOCXApividZ

©Ecomnews - Charles-Ange Ginésy, président de la communauté de Communes Alpes d'Azur; David Lisnard, président de la Communauté d'Agglomération Cannes Pays de Lérins; Jean Léonetti, président de la Communauté d'Agglomération Sophia-Antipolis; Jérôme Viaud, président de la Communauté d'Agglomération des Pays de Grasse

Ecomnews - Adds