Ecomnews - Adds
Sophia Antipolis : Le Village by CA veut participer à créer des scale-up
Par Olivia Oreggia publié le 16 OCT 2018 à 12:00
Ouvert il y a moins d’un an, le Village by CA sophipolitain connaît un certain succès. Même plus besoin de lancer des appels à candidatures tant celles-ci se présentent spontanément et avec des profils de qualité ! Il a déjà accueilli sa deuxième promotion portant aujourd’hui à 25 le nombre de start-up accélérées.

Anasounds fait des pédales d’effets pour guitares électriques, Noliju des vêtements active wear, Infuzit des capsules de tisane « Nespresso compatibles », Glim de la traduction à haute valeur ajoutée médicale ou juridique. Dans un genre plus technologique, Solar Cloth System intègre des cellules photovoltaïques dans ses tissus, Weather Mesure fait de la météorologie de précision, Therapixel utilise l’intelligence artificielle dans la détection du cancer du sein…

Peu de points communs donc entre toutes ces entreprises, concernant du moins leur secteur d’activité. « Nous sommes là pour accompagner le territoire dans ce qu’il a de plus divers », nous confirme Marie Nghiem, chargée des relations startup au sein du Village by CA. « L’objectif est de les aider à se structurer pour qu’elles deviennent des scale-up. Business first ! »

Le terme n’a pas encore fait son entrée dans le dictionnaire mais il désigne un changement d'échelle, via une stratégie d'accélération de la croissance, notamment à l'international. Autrement dit, être une start-up c’est bien. Grandir, c’est encore mieux !

Stéphane et Christiane Varak en sont à une étape capitale du développement de leur jeune entreprise. Après des années passées en Suisse, dans l’univers du luxe, ils ont décidé de ne pas « rentrer de vacances et de s’’installer sur la Côte d’Azur ». Pendant 2 ans, ils y développent une innovation : du parfum sous forme de mousse aux vertus hydratantes (foam en anglais), élaboré sur leurs fonds propres, en collaboration avec des parfumeurs de Grasse.

Le succès est là : Chupa Chups est venue à eux pour développer des fragrances en co-branding, Lagardère Travel Retail les vendra à bord des avions, un distributeur leur a ouvert 200 points de vente en Corée et très bientôt aux Philippines et à Singapour. Même le CNRS à Nice s’intéresse à leur création.

La difficulté aujourd’hui ? « Grandir ! », nous répond Stéphane Varak. « Assumer notre croissance et plus seulement à 2. Ce que nous voulons, c’est raconter une belle histoire, devenir le premier parfum à fonction, ouvrir une brèche. » Pour cela, il leur faudra trouver de nouveaux distributeurs.

?id=rG9GlQAetTimLR6cBPr9bwY0Po2fPNch

Tout autre profil, tout autre parcours, même besoin d’accompagnement et d’accélération, Kris Barcewicz est à la tête de BlackBoxSecu. Avec son équipe, l’ancien ingénieur d’Nvidia a mis au point non pas une application mais un petit boîtier qui permet de crypter des communications en temps réel. Si l’objet n’a rien d’impressionnant au premier regard, il renferme un algorithme ultra complexe, unique en Europe et qui doit en faire une arme puissante de lutte contre l’espionnage. Il se branche sur un téléphone fixe, un mobile, une tablette, un ordinateur. Ses cibles ? Les grandes entreprises et industries, les gouvernements, les agents de sécurité nationale.

« Après 3 ans de R&D pour élaborer l’algorithme, nous entrons dans une deuxième étape de développement de la société c’est-à-dire la production, que nous souhaitons conserver en France, et le développement commercial », nous explique Kris Barcewicz. « Il nous faut par exemple travailler aujourd’hui avec des spécialistes du marketing pour booster nos ventes ».

Pour participer au financement de cette nouvelle étape, BlackBoxSecu vient de lancer une campagne de crowdfunding.

Pour le reste, comme chacun des habitants du Village by CA, la start-up compte sur l’accompagnement, les formations, la visibilité, les conférences, les mises en relation, les rencontres ou la complémentarité entre start-up présentes… proposées par l’accélérateur.

L’hébergement au sein du Village dure 23 mois. Aujourd’hui, 25 start-up en bénéficient à Sophia-Antipolis.

Ecomnews - Adds