#Architecture #Artisan #Artisanat #Corse #Culture #Economie #Patrimoine #ProvenceAlpesCoteDAzur #Tourisme #Videos #Vin #Viticulture #Corse #ProvenceAlpesCoteDAzur
superadmin
9 août 2022 Dernière mise à jour le Mardi 9 Août 2022 à 10:08

Oubliez les plages et les routes bondées de l'Ile-de-Beauté en période estivale. La fréquentation d'avant le Covid se laisse encore désirer. C'est le moment de (re)découvrir ce bijou qui est la Corse, ses paysages sauvages et envoûtants aux couleurs

La beauté et la diversité des paysages corses sont infinies. Lorsque vous roulez sur ses routes, c’est un autre monde qui s’ouvre à vous, les plages de sable, de galets ou rocheuses de toutes les couleurs, au détour d’un virage soudain le désert, puis les maquis, laissant soudainement place à des lacs ou de majestueuses rivières et leur lot de piscines naturelles.

On y trouve aussi des montagnes majestueuses à la fois sauvages et hostiles abritant des villages haut-perchés sur de vertigineuses crêtes rocheuses… Chaque kilomètre carré semble être un voyage dans une nouvelle contrée. Ecomnews vous offre une concentration des plus belles images entre Centuri et Bonifacio. 

Voilà de quoi les Corses sont tellement fiers. Chaque parcelle de ce pays fait partie du patrimoine, elle est à préserver, sauvegarder et valoriser.

?id=fMAaStWme3iWqq9qSU8Xe2oG5GqrM8dk

Une terre de Patrimoine

La Corse ne doit pas uniquement se résumer à cette côte magnifique aux eaux transparentes convoitée par les touristes entre le 15 juillet et le 15 août. La Corse c’est aussi cette multitude de village, des zones rurales où l’on fait tout contre la désertification.

Dans ce sens, les Départements et la Région font le nécessaire pour entretenir le patrimoine, ces endroits où les gens peuvent se réunir, ces endroits qui sont importants pour le lien et la vie sociale.

À une poignée de kilomètres de Ponte-Leccia, au cœur de la Corse, l’église du village Castifao vient d’être rénovée. Le renouveau de ce lieu magnifique a été fêté en grande pompe en présence de tous les villageois, des anciens, de ceux qui sont partis travailler ailleurs et des amis des villages voisins.

« La vie économique du village est constituée autour de l’élevage, nous avons quelques retraités et quelques jeunes, précise le maire Antoine Orsini. Nous nous battons pour entretenir nos villages, pour que les jeunes puissent un jour revenir. Nos priorités sont l’eau, l’assainissement, le patrimoine et le réseau mobile.» 

?id=BvBpmD1YeptdAX1Tk1qUD0hna7BABGQo

Une bonne partie du patrimoine corse est immatériel. Les chants polyphoniques entre autres par exemple. Christian Andréani, passeur des traditions, parle d’une identité très complexe et des formes d’expression qui ont plusieurs siècles.

« La préservation du patrimoine est une question de volonté humaine, donc en Corse depuis quelques années on a un réflexe de survie et on est plus attentif à cela, on est très engagé, explique cet ancien photographe reporter qui a parcouru le monde entier et qui fait partie aujourd’hui de la confrérie San-Martino. Nous nous battons pour faire continuer à exister ce patrimoine immatériel. De nombreuses confréries laïques se créent autour des formes des musiques sacrées. Il y a de plus en plus de jeunes qui s’engagent. Quand on perpétue ces formes culturelles en Corse, en fait, on ne le fait pas pour nous, on le fait dans le souci de partage, d’échanges de témoignages.»

?id=HuA5d5WXZojya1Nb6m0F7CMJ7kWuu6G4

La musique qui est tellement importante sur l’île de beauté, pratiquement tout Corse sait jouer d’un instrument, notamment de la guitare ou le chant. « Il y a un amour de guitare particulier et c’est ce qui nous fait vibrer ” explique avec beaucoup d’émotions Fanou Torracinta. ” Pour nous la préoccupation c’est de faire de la belle musique et ne pas trop polluer la planète, explique ce jeune musicien de Balagne.” 

Le pays est partout, « On fait ce qu’on respire, on a un attachement viscéral à cette terre “, souligne Julien Truchon. ” J’aime la rugosité de l’île, le tempérament qui est constitué par le fait d’être entouré par la mer, des paysages de caractère, les contrastes. Ce sont les contrastes corses. »

Pour ce céramiste l’important c’est la liberté et la nature, deux éléments apaisants. « Une île façonne les individus “ continue Pierre Carli, apiculteur. ” On est un peuple, on a des valeurs qu’on partage, parfois on se replie sur nous-même – même si on aime s’ouvrir sur l’extérieur – pour conserver ce que nous sommes, ce que notre région a fait de nous » explique t’il.

?id=tLSPz5Kv9e6QevPYE34yPNH8gKxZxo0J

Le pays de cocagne pour les bons vivants !

Une fois en Corse c’est le régal pour les papilles, la charcuterie, les fromages les vins, les confitures, les fruits, le miel… C’est sans conteste le paradis des épicuriens et des épicurieux, les produits du terroir sont élaborés dans le plus grand respect des traditions, de proximité et artisanalement. « Ces produits sont très rares mais tout est très naturel et fait à l’ancienne explique Jean Louis Cruciani, propriétaire du moulin d’Atrium, lieu où entre Calvi et l’Île rousse on achète les meilleurs produits régionaux. Les produits en grande distribution sont industriels et transformés en Corse. Les produits artisanaux sont fait en petite quantités et il y a beaucoup d’excellents produits qui partent également à l’export.»

En Corse, on trouve également des miels qui bénéficient d’une grande diversité de biotope. Pierre Carli souligne qu’il s’agit bien « d’un espace restreint avec une diversité des paysages considérables. Ça se retrouve dans la flore et on a une AOP sur six miels qui sont le reflet de la richesse de notre territoire. »

?id=8ejTvEPNM2rAap0h1jKFSLPR88sKXC5n

Et puis ce vin de Patrimonio connu dans le monde entier. Jean-Baptiste Arena vigneron ne cache pas sa fierté d’être Corse depuis au moins 500 ans et le fait que ces vignes plantées par son arrière grand-père ont plus d’un siècle. Ce sont les vignes les plus vieilles de patrimonio. Les spécificités de ce vin c’est le terroir géo-calcaire, la diversité géologique de l’appellation, ce qui conduit à deux excellents cépages,

« 100 % des vins sont produits de manière naturelle sur les vignes et 50 % de manière naturelle à la cave, avec très peu de sulfites voir pas du tout, précise Jean-Baptiste Arena, également adjointe au maire de Patrimonio. Nous sommes dans le respect de la nature, de la flore, de la faune et nous étions les premiers à avoir banni les glyphosate.»

?id=geAM3VlXBAnmBL7E12SHACCWKTpFTYsd

Ce respect de la nature et cet amour pour le produit se retrouvent chez chaque artisan y compris le glacier. « ma priorité est de retrouver le goût authentique du produit, explique Francis Rovere glacier à Saint-Florent, guitariste aussi ! Je vais chercher mes fruits tous les jours et je les sélectionne avec soin. Je privilégie la qualité, le bio et le non traité, le respect du client passe avant tout ! »

?id=m6oNDyifAdtJcDPcDsscuw9mWc3AXxhJ

Économie sur le signe du respect et du service

C’est l’amour de la terre et la préservation de la qualité de vie qui guident Catherine Sanci, productrice d’huiles essentielles. « Je souhaite avoir une exploitation agricole qui me permette de vivre, explique-t-elle. Aujourd’hui, à l’heure où l’on subit le déréglement climatique, on doit préserver la nature et repenser notre façon, notre fonctionnement et nos exploitations.»

Stellu Giamarchi agriculteur producteur de la viande de bovine et porcine s’est adapté et commercialise dans son restaurant ses propres produits. Dans la démarche AOP sa priorité c’est que ses clients soient content de ses produits.

?id=1r3AX5l8lOBqlFvK3Z9mpFnUFUVAvDHk

Dans l’amour du produit et le respect de la clientèle depuis plus de 40 ans Alexandre Rutily, propriétaire de la plage matahari de Lumio. « J’essaie de rester dans le respect de l’environnement, de la nature, afin que ce lieu se fonde dans la nature. L’accueil et le service passent avant toute chose. Le personnel, de l’île ou du continent, enchaîne depuis des années des saisons afin que les clients, certains fidèles depuis des décennies, les reconnaissent et se sentent comme à la maison. »

En deux mots, c’est une économie différente. Jean-Baptiste Arena qui est également adjoint au maire voire maire – une mandature sur deux – de Patrimonio, ne cache pas sa fierté. Pour lui son village a un fonctionnement sain : « Patrimonio est un laboratoire pour le reste de l’île. Il n’y a pas que l’agriculture, la viticulture, il y a aussi l’artisanat, la culture. Une culture qui n’est pas adossée à une économie devient du folklore et vice et versa une économie qui n’est pas adossée à une culture ça peut être de suite une économie basée sur la mondialisation. Nous avons de la chance d’avoir une économie et une culture très forte. Nous avons fait le choix aussi d’aller vers un tourisme maîtrisé, non subit les 12 mois de l’année …point »

?id=rRpMI2uflmANk4R1S2CovhRzINu2trwp

Une île dont on tombe amoureux à l’image de Johnny Gallagher et de nombreux artistes musiciens qui viennent depuis des années : « j’aime les gens, la nature, la nature est bonne, le vin est exceptionnel et la météo superbe », conclut Johnny Gallagher.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.