#AFPAOccitanie #Formation #FormationProfessionnelle #Gard #Nimes #Occitanie #Social #Solidarite #Gard #Nimes #Occitanie
Denys Bédarride
30 août 2022 Dernière mise à jour le Mardi 30 Août 2022 à 10:08

Les centres Afpa sont les témoins des difficultés sociales de plus en plus récurrentes des stagiaires en formation bénéficiaires des minimas sociaux. Ouvrir une épicerie solidaire sur le centre Afpa de Nîmes c’est offrir la possibilité aux stagiaires

?id=RCiCjLxIVZWUjHDiGij7bDzyRufx4bdE

L’Afpa de Nîmes, dirigée par Célia Bogard (au centre de la photo) ouvre une épicerie solidaire au bénéfice de ses stagiaires de formation. Le centre bénéficie de la collecte alimentaire effectuée par la banque alimentaire. Des salles de réunion sont mises à disposition pour les formations obligatoires des bénévoles de l’association et ils y suivent les formations suivantes :

  • CACES 1, 3 et 5 (conduite et sécurité des chariots)
  • SST (sauveteur secouriste du travail)
  • FIPIE (incendie)
  • Habilitations électriques

L’objet de cette convention

Les centres Afpa sont les témoins des difficultés sociales de plus en plus récurrentes des stagiaires en formation bénéficiaires des minimas sociaux. Ouvrir une épicerie solidaire sur le centre Afpa de Nîmes c’est offrir la possibilité aux stagiaires démunis d’être accompagnés socialement pendant leur parcours de formation.

La banque alimentaire va apporter son soutien dans la mise en place de l’épicerie avec :

  • Une collecte des denrées,
  • Un accompagnement à la mise en place de l’épicerie
  • Une formation de l’équipe projet epicerie

 

En contrepartie, l’Afpa propose à la banque alimentaire de :

  • Bénéficier des espaces de l’Afpa comme les salles de réunion pour effectuer les formations de leurs bénévoles
  • Accompagner leur formateurs sur les formations réglementaires obligatoires : CACES, FORMATION INCENDIE ECT
  • Informer et d’accompagner les publics en difficulté d’insertion et orientés par la banque alimentaire.

 

Ces engagements réciproques ont été mis par écrit dans une convention signée en juillet 2022. L’ouverture de l’épicerie solidaire se fera tous les vendredis à compter du 2 septembre.

 

Les stagiaires de la Promo 16.18 prendront part à ce projet solidaire dans le cadre d’un chantier solidaire permament. Ils assureront l’appui à la réception des marchandises, la mise en rayon, la distribution au public, le contrôle des stocks, la préparation du renouvellement de la commande….

 

La banque alimentaire

Les Banques Alimentaires récoltent gratuitement des denrées auprès de fournisseurs publics et privés.

Tout d’abord, auprès de l’Union européenne qui est une source importante d’approvisionnement grâce au FEAD. L’aide alimentaire apportée par le FEAD participe à la réduction de la pauvreté dans l’Union européenne et renforce la cohésion sociale. L’Etat français apporte également sa contribution sur un programme destiné aux épiceries sociales.

Ensuite avec la grande distribution qui apporte aussi sa contribution en autorisant dans ses magasins des récoltes journalières de produits frais et de produits proches de la date limite de consommation mais encore consommables.

Mais également auprès des industries agroalimentaires qui offrent régulièrement des produits avec des défauts d’emballage ou d’étiquetage.

Puis avec les producteurs et les agriculteurs qui permettent un approvisionnement en produits frais, en particulier grâce à la politique de retrait.

Et enfin auprès des particuliers qui se mobilisent lors de la Collecte Nationale de fin novembre et parfois lors de collectes organisées au printemps selon les besoins des Banques Alimentaires.

Les différentes formes de redistribution

Les associations et CCAS partenaires fournissent l’accompagnement alimentaire sous plusieurs formes :

  • Les épiceries sociales proposent l’achat de denrées : la personne accueillie ne doit pas payer plus de 10% du prix du produit lorsque celui-ci provient d’une Banque Alimentaire. Elle est ainsi sensibilisée à la valeur des aliments, à la nécessité d’éviter le gaspillage, et à la contrainte de hiérarchiser ses dépenses. Les Banques Alimentaires sont associées aujourd’hui à plus de 800 épiceries sociales.
  • Les colis partent au plus urgent : c’est souvent le début d’un contact avec les personnes les plus démunies. Peu à peu, les associations peuvent orienter ces bénéficiaires vers les structures adaptées. Cette étape est importante et un effort est fait pour diversifier le contenu des colis.

 

Les repas partagés sont une belle source de convivialité :

les bénéficiaires redécouvrent ainsi, parfois, des règles de vie : pour ceux qui ont perdu l’habitude de se nourrir correctement, il est important d’être accompagné pour réapprendre à préparer un vrai repas, à s’asseoir à heures fixes et à partager ce moment de restauration avec d’autres.

L’inauguration aura lieu le 22 septembre à 11h au 168 route de Beaucaire à Nîmes. 

 

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.