Ecomnews - Adds
Antibes : Comment l’art se mobilise au service de la préservation de l'environnement avec ECOCEAN ?
Par Fiona Urbain publié le 02 AOÛT 2022 à 09:00
Après avoir fait la rencontre de l’artiste sculpteur valentinois Steve Chaudanson, Jean-Pierre Wattel, gérant de l’entreprise WIS a proposé de créer un projet combinant à la fois œuvres d’art et les actions de repeuplement de poissons de la société ECOCEAN. Un beau mariage qui allie art, préservation des espaces naturel et entreprises. Reportage.

Steve Chaudanson, un designer originaire de Valence très concerné par la protection de l’environnement, s’est lancé le défi de sculpter un gigantesque mégalodon (requin disparu depuis 15 millions d’années) de 12 mètres de long et 5 tonnes, entièrement réalisé en acier corten.

Un exploit technique et artistique, qui a mobilisé depuis le mois de mars une équipe de 6 personnes. Cette sculpture aux dimensions impressionnantes a nécessité 23 tonnes d’acier et 912 heures de travail.

Elle est exposée au port Vauban d’Antibes depuis le 1er juillet et jusqu’au 3 octobre 2022.

De son côté, l’entreprise Ecocean, qui travaille depuis 20 ans sur des projets de repeuplement de poissons, est partenaire de ce projet en bénéficiant de 15% de la vente de cette œuvre. La somme reversée sera dédiée au projet « je repeuple la mer » mis en place sur Marseille depuis 2015.

« Il faut que les oeuvres soient agréables à regarder et si elles donnent un sens à l’environnement dans lequel elles sont implantées, alors nous avons tout gagné ! L’art, quel qu’il soit peut être au service de l’écologie » souligne Steve Chaudanson.

?id=ikehATndFgBoCGPVbrpPaYwdPXhYQyBT

Objectif : repeupler la mer et préserver la biodiversité

L’entreprise montpelliéraine ECOCEAN travaille depuis plus de 20 ans pour repeupler la mer et préserver la biodiversité. Au cœur de projets nationaux et internationaux : parcs éoliens en mer, habitats artificiels Biohut, sentiers sous-marin artificiels… l’entreprise ne cesse d’innover.

Parmi ses solutions pour repeupler la mer :

- Biorestore : Avant que les post-larves n’arrivent sur nos côtes souvent artificialisées, des pêcheurs professionnels, partenaires du projet, les collectent en mer, puis les confient à des éleveurs spécialisés qui vont les faire grandir pendant 5 à 6 mois jusqu’à une taille d’environ 7-8 cm. Lors du repeuplement en milieu naturel, ces juvéniles pré-grossis pourront ainsi éviter la bouche des prédateurs.

Avec la solution de repeuplement BioRestore, ce sont déjà 25 350 poissons de plus de 75 espèces qui ont été repeuplés en Méditerranée à ce jour.

- Les Biohut : Face au manque évident d’habitats naturels au sein des infrastructures artificielles maritimes, des biologistes marins ont développé des habitats jouant le rôle de nurseries (gîte et couvert).

Les Biohut sont placés à l’entrée des ports et accueillent toute l’année les jeunes animaux marins qui viennent naturellement s’installer sur nos côtes. Grâce aux Biohut, ils peuvent s’y abriter quelques semaines pour éviter la prédation pour ensuite retourner dans le milieu naturel, plus grands et plus forts. 1 590 Biohut sont à ce jour installés en Méditerranée française, et protègent plus de 100 espèces

Ces Biohut sont 100% recyclables, en acier, en bois et remplis d’un substrat naturel biodégradable (coquilles d’huîtres).

Pour 1000 € récoltés, plus de 20 juvéniles repeuplés pourront réintégrer les populations de poissons adultes côtiers et ainsi contribuer à maintenir les stocks des espèces essentielles pour le bon fonctionnement de tout l’écosystème marin.

?id=kHmEYL5M4UM3ZBLgRyQAcW8rtngwG9QY

Un financement innovant

Jean-Pierre Wattel de WIS Expert a été mandaté pour construire le projet qui a pu être réalisé grâce à 10 investisseurs qui ont amené les dons nécessaires à la réalisation de cette œuvre monumentale.

Désormais, les partenaires cherchent un acquéreur pour le gigantesque mégalodon et pour la série de reproductions en format 2 de mètres, plus accessibles.

"Nous travaillons déja sur d’autres projets qui permettrons de poursuivre le développement et l’aide que l’on peut apporter à à Ecocéan, avec l’aide de nouveaux investisseurs." explique Jean-Pierre Wattel.

?id=28tM5rusJYahnghY38J9KIyneReKery4

Ecomnews - Adds