Ecomnews - Adds
Crise sanitaire : Comment l’Université Paul Valéry Montpellier 3 s’organise t-elle pour le 2ème semestre ?
Par Fiona Urbain publié le 29 JAN 2021 à 15:02
Alors que la France se prépare à un troisième confinement, comment l’Université Paul Valery Montpellier 3 s’organise t-elle pour assurer les cours de ses 21 000 étudiants ? Nous avons interviewé Anne Fraïsse, qui vient de prendre ses fonctions de Présidente de l’Université. Après avoir fait deux mandats de 2008 à 2016, elle dévoile ses priorités au micro d’Ecomnews.

Depuis lundi 25 janvier, l’Université Paul Valery Montpellier 3 rouvre progressivement ses portes aux étudiants.

En fin d’année dernière, l’Université a réalisé une enquête auprès de 7 000 étudiants : près de 43% se disent pour des cours en distanciel et 57% en présentiel.

« La grande difficulté pour cette rentrée du second semestre était de prendre en compte à la fois les étudiants très pressés de revenir sur le campus et ceux qui, pour des difficultés sanitaires, et surtout économiques ne pouvaient pas revenir et risquaient d’abandonner leurs études ». Ne pouvant assumer le loyer de leur logement, certains étudiants sont rentrés dans leurs familles et d’autres ont abandonné.

?id=zrDiejZgaPllfys5XI86AR7rmxffVLa1

Pour éviter le décrochage, les deux possibilités sont donc offertes aux étudiants, avec du présentiel réduit aux TD, d’abord pour les 1ères années ou des cours entièrement à distance.

« Le plus important pour les étudiants est de leur assurer une continuité sur l’ensemble du semestre. Nous pouvons être dans la jauge des 20% sans changer les mesures prises depuis le début du semestre ».

Selon la Présidente les cours transversaux sont à proscrire car il y a fort brassage d’étudiants de toutes les filières. Les cours de langues ou d’informatique resteront donc en distanciel.

À partir du lundi 8 février, pour tous les étudiants qui le souhaitent : les TD seront en présentiel. Le choix de revenir ou non sur le campus est laissé à l’appréciation des étudiants qui peuvent donc, s’ils le souhaitent, rester en distanciel. Ils bénéficieront dans ce cas d’une "dispense exceptionnelle de présence" (DEP).

« Les étudiants ont besoin de contact ! Nous comprenons parfaitement leur détresse. C’est vital de pouvoir les faire revenir sur le campus » assure la présidente.

?id=hPfBAEFsVYw4ckw3rQGE0WcIPjG70a0o

Les grands chantiers d’Anne Fraïsse

L’ancienne Présidente de Montpellier 3 de 2008 à 2016 a donc été réélue pour un 3ème mandat. « J’ai décidé de me présenter suite à des divergences politiques avec mon prédécesseur (Patrick Gilli), sur tout ce qui relève de l’inter-universitaire et la suppression de la COMUE ».

« Le grand problème de notre université c’est le manque de place et le manque d’encadrement. » L’université dispose d'un budget de 110 millions d’euros pour 21 000 étudiants et près de 500 personnels administratifs et pédagogiques. L’encadrement représente à lui seul 86% du budget de l’Université.

En dépit de la crise sanitaire, les chantiers initiés sous ses précédents mandats ne se sont pas arrêtés. L’Atrium, futur "Learning center" de l’Université devrait être inauguré en cette fin d’année.

Doté d’une bibliothèque, d’une cafétéria, d’un auditorium, d’une salle d’exposition, et accueillant également les services communs d’informa­tion, d’orientation et d’insertion professionnelle, les services communs de formation continue, et le service d'accueil des étudiants en situation de handicap, ce bâtiment bénéficiera des derniers équipements informatiques collaboratifs et connectés.

Ecomnews - Adds