Ecomnews - Adds
En direct de Marseille : Les entrepreneurs provençaux s’invitent dans la campagne des municipales
Par Nathalie Bureau du Colombier publié le 19 DEC 2019 à 16:20
A quatre mois des élections municipales, les chefs d’entreprises et fédérations professionnelles d’Aix-Marseille-Provence ont convié, le 17 décembre dernier au Palais de la Bourse, les élus sortants, parlementaires et candidats pour leur présenter cinq défis déclinés en 15 projets touchant à la mobilité, l’habitat, le développement durable, l’attractivité du territoire, le numérique ou encore la jeunesse.

Au terme de quatre mois de travail, près de 200 acteurs du monde économique et principales fédérations professionnelles se sont retrouvés au Palais de la Bourse le 17 décembre pour remettre aux candidats aux municipales un manifeste.

Un document axé autour de cinq défis lancés aux futurs maires : Donner envie de vivre et travailler ici, assumer notre vocation mondiale, dessiner la métropole durable en Méditerranée, co-gérer les projets-clés du territoire, combiner foncier, mobilité et connectivités physique et numérique.

?id=4PuSttIzQwVnqPHBYHT7SsCJeHEm3Sce

« Ce collectif « Tous acteurs » est une première, nous avons consulté 32 experts locaux, nationaux et internationaux, des universitaires, hommes politiques, architectes, chercheurs pour qu’ils nous livrent leur vision de notre territoire. Ils font preuve d’optimisme et d’enthousiasme estimant que nous avons un énorme potentiel. Il faut sortir de la logique du tempos court des municipales et défendre une vraie vision pour 2040 /2050 », a lancé le président de la Chambre de Commerce et d’Industrie Marseille-Provence Jean-Luc Chauvin.

Parmi les propositions à l’adresse des futurs édiles, la volonté de « devenir un territoire d’expérimentation de la ville durable », à l’heure où Marseille se hisse dans trio de tête des villes les plus polluées et embouteillées de France.

Au lieu d’imaginer des solutions farfelues, « faisons en sorte que les trains soient à l’heure. La mobilité constitue un réel frein à l’embauche », lance Thierry Chaumont, président de l’UIMM Alpes-Méditerranée. « A Fos, nous pouvons proposer mille emplois. Il faut savoir que les salariés de Distriport démissionnent au bout de deux ans faute de solution de mobilité », souligne le vice-président de l’UMF Stéphane Salvetat qui plaide également pour faire sauter le nœud ferroviaire au sud de Lyon.

« Nous sommes en quête d’une meilleure qualité de vie et nous devons continuer à réduire les temps de trajets entre le domicile et le lieu de travail. L’effet d’aspiration de Marseille freine le développement des territoires ruraux or les cadres acceptent de gagner moins, si leur qualité de vie est meilleure », plaide Patricia Blanchet, présidente de l’U2P et de la Capeb 13.

Si de son côté l’Union pour les Entreprises des Bouches-du-Rhône, fait cavalier seul avec un dispositif spécial municipales présenté la veille par son président par intérim, Philippe Korsia, la CPME, par la voix de son vice-président Frédéric Verdet s’est félicitée du « rassemblement des forces économiques ».

La porosité entre économie et politique s’accélère à quatre mois du premier tour. En octobre Johan Bencivenga, avait démissionné en octobre de la présidence du syndicat patronal pour s’engager en politique. Un candidat malheureux à l’investiture LREM au profit d’Yvon Berland, ex président d’Aix-Marseille Université. Remous également du côté de la CPME13 dont son président Alain Gargani a annoncé mi-décembre son engament dans la campagne aux côtés de la candidate LR Martine Vassal.

Ecomnews - Adds