Ecomnews - Adds
Nice : Deux prix au CES Las Vegas 2020 pour la start-up Volumic 3D
Par Sanya Maignal publié le 02 DEC 2019 à 10:18
Plus de 4 000 start-up du monde entier se réuniront de nouveau à Las Vegas pour une nouvelle édition du Consumer Electronic Show, mais les noms des lauréats ont déjà été dévoilés. Le concepteur et fabriquant niçois d’imprimantes 3D professionnelles sera distingués de deux « innovation awards ». Interview !

Volumic 3D remporte deux prix au CES de Las Vegas : l'un dans la catégorie impression 3D et imprimantes 3D et le deuxième pour la durabilité et écologie de ses machines. Deux prix qui vont certainement faire décoller les affaires de Stéphane Malausséna et Gérard Luppino à l'international.

« Les Américains en sont friands, ils sont très en avance pour tout ce qui est impression 3D, non pas au niveau technologie mais en termes d'utilisation, explique Stéphane Malausséna. On a déjà quelques clients à l'étranger, des partenariats qui se sont fait plutôt par opportunité, là nous allons structurer notre approche à l'international. »

?id=hwvvSDEPM0lgkpFQi7Fvf1odTqPC8SCo

Participer à la révolution de la 3D

Dans la 3D virtuelle depuis 15 ans et fascinés par l'avènement de l'impression 3D, Stéphane Malausséna et Gérard Luppino décident de passer à la vitesse supérieure, du virtuel au réel, d'apporter leur pierre à l'édifice en créant la première marque française d'imprimantes 3D professionnelles.

« Il y a quatre ans, on était la première entreprise française à lancer des imprimantes 3D professionnelles de bureau, précise Stéphane Malausséna. Aujourd'hui, nous n'avons toujours pas de concurrence. Nos nouvelles machines impriment deux ou trois fois plus vite dans plus de 50 matériaux différents. »

Ces machines de 55cm3 sont garantes de la qualité, qu'il s'agisse des objets volumineux, solides ou petits aux précisions allant de 1 à 275 microns... et toujours des finitions inédites sur le marché.

Imprimante tout-terrain

Adieu le temps où le dessinateurs 3D ou designers envoyaient leurs dessins à un prestataire extérieur pour l'impression du prototype. Adieu le temps où on faisait fabriquer quelques pièces, maquettes, outillages ponctuellement dans des pays lointains.

Aujourd'hui tout se fait sur place et en une heure. « Le point positif c'est aussi le coût, précise Stéphane Malausséna. On produit en interne, avec des frais de fabrication minimes. Jusqu'à 2000 pièces c'est plus rentable que de passer par le moule d'une entreprise asiatique. »

Du coup, on retrouve les Volumic 3D dans de nombreux domaines : aéronautique, automobile, recherche, médecine, défense, éducation... au Ministère des Armées, à la SNCF, au CNRS, à l'INRA, à l'Aéroport de Nice, chez PSA, Thales, CEA, Virbac et autres Engie - pour ne citer que les plus grands – on les utilise quotidiennement pour faire des prototypes ou fabriquer directement, en fonction des besoins, des outillages ou des pièces de rechange, de remplacement.

« Le grand avantage c'est qu'on fait du sur-mesure et en plus on peut imprimer, en une seule pièce, des formes qu'on ne pouvait pas avoir avant. »

?id=29kL8bnMOJnpTimSDj3QLuPgxvrVsbqS

Une ferme pour produire les imprimantes

La machine dans la machine, à l'image des poupées russes... Volumic 3D utilise ses propres imprimantes 3D pour imprimer les pièces nécessaires pour monter d'autres imprimantes 3D. Une vraie petite ferme !

Plus de 1 500 imprimantes ont été fabriquées et vendues en quatre ans principalement en France. Leur prix compris entre 2850€ et 6500€ est accessible pour les entreprises.

Les deux prix au CES devrait leur ouvrir les portes du marché international, et notamment américain.

Et si un jour un magnat vous rachetait ? « C'est une évolution logique et positive, admet Stéphane Malausséna. Nous allons juste faire tout pour garder la marque et le Made in France ».

Ecomnews - Adds