Ecomnews - Adds
Gap : Le Village Afpa accueille l’Ecole de la deuxième chance
Par nicolas francois publié le 11 FEVR 2020 à 09:11
Dans le cadre de son programme national visant à transformer ses centres de formations en tiers-lieux de l’insertion professionnelle et sociale, l’Afpa de Gap vient d’inaugurer l’Ecole de la deuxième chance en présence de sa directrice nationale, Pascale D’Artois, de la Ministre du Travail Muriel Pénicaud et de Renaud Muselier, le Président de la Région Sud.

C’est l’un des axes stratégiques engagés par l’Afpa en 2019 sur l’ensemble du territoire. Celui de transformer la quasi-totalité de ses centres de formation traditionnels en tiers-lieux nommés Villages Afpa.

Derrière ce concept se cache un ambitieux programme visant à contribuer à une meilleure efficacité de l’écosystème de l’insertion sociale et professionnelle au profit de la cohésion sociale et territoriale.

« L’objectif est de créer tout un écosystème au niveau de l’insertion afin de pouvoir détecter, anticiper les besoins puis accompagner et sécuriser les parcours professionnels et de vie des bénéficiaires grâce à la mutualisation du travail avec les différents partenaires qui s’installent en résidence dans les villages », explique Pascale D’Artois, directrice générale de l’Afpa.

Un écosystème qui rassemble les opérateurs de l’emploi, de la formation mais aussi les associations et les entreprises inscrites dans cette dynamique commune d’insertion par l’emploi.

?id=yZ6wx8W1hYWRLyBsHqcZODgtMcqsQJBM

Accompagner les créateurs d’entreprise en résidence

À l’Afpa de Gap, qui forme chaque année 850 stagiaires, la transformation du centre en tiers-lieu s’est accompagnée d’une adaptation de son ingénierie pédagogique avec des formations davantage modulaires.

« On a choisi de faire du centre de Gap un laboratoire où l’on accompagne des artisans à créer et développer leur propre activité, souligne Pascale D’Artois. Nous avons ici un grand plateau technique avec de nombreuses machines qui ne sont pas tout le temps utilisées pour la formation. Nous avons donc choisi de mettre ces outils à disposition des créateurs d’entreprises qui vont s’installer en résidence pour les aider à développer leur activité, ce qui nous permettra aussi de mettre nos stagiaires en formation à leurs côtés. »

Un partenariat gagnant-gagnant qui s’inscrit dans cette nouvelle offre d’accompagnement sur-mesure mise en place par l’Afpa pour favoriser l’inclusion professionnelle des publics fragiles et peu qualifiés.

« Il n’y a pas de jeunes sans talents »

Parmi les dispositifs et programmes s’inscrivant dans cette nouvelle démarche d’innovation sociale et territoriale, le Village Afpa de Gap vient d’inaugurer l’Ecole de la deuxième chance (E2C) en présence de la ministre du Travail, Muriel Pénicaud.

Ce dispositif vise à accompagner les jeunes adultes (dès 16 ans) exclus du marché de l’emploi à acquérir des compétences nécessaires à leur intégration sociale et professionnelle.

?id=kUMD6Rsz9asMjrDA2r5qsV5tONMqeERC

« Il s’agit de remettre le pied à l’étrier des plus vulnérables, a souligné Muriel Pénicaud. Il faut aller chercher les jeunes qui ne sont pas faits pour l’école mais qui ont un projet, une envie d’avancer. L’E2C doit se mettre à leur service pour pouvoir les aider à essayer différentes choses, à tâtonner pour trouver leur voie. Avec cette idée en tête : il n’y a pas de jeunes sans talents. »

De son côté, Pascale D’Artois a rappelé que cette école était une « chance pour les jeunes du territoire qui ne sont ni en études ni en formation ni en emploi » ainsi qu’une « chance pour l’Afpa de Gap d’être accueillie dans un réseau reconnu pour sa capacité à autonomiser et redynamiser les parcours des jeunes. Inscrire l’E2C ici au sein du Village Afpa, c’est l’engager dans une dynamique collective au cœur d’un projet d’utilité territoriale. » Parmi ses objectifs, l’Afpa de Gap prévoit d’accueillir 90 jeunes par an à partir de 2021.

L’Afpa en chiffres

  • 900 formations.
  • 3 400 formateurs.
  • 125 000 stagiaires dont 68 % retrouvent un accès à un emploi dans les six mois.
  • 82 % de réussite au titre professionnel.
  • 1 actif sur 8 en France a été formé à l’Afpa.

Ecomnews - Adds