Ecomnews - Adds
Impact covid-19 : L'Economie de la région Sud et des Alpes-Maritimes affichent un fort recul
Par Sanya Maignal publié le 04 MARS 2021 à 10:09
Selon les enquêtes de la Banque de France et de la Chambre de commerce et d'industrie Nice Côte d'Azur, l'économie régionale et départementale a subit un choc d'une brutalité sans précédent. Le secteur des services est en berne, l'industrie chimique et alimentaire tire son épingle du jeu. L'emploi résiste plutôt bien grâce aux aides publiques. La difficulté principale c'est cette incertitude du contexte actuel, qui fait partie du quotidien des chefs d'entreprises et les empêche de se positionner pour aborder l'avenir sereinement.

Dans la région Sud, la baisse d'activité a été très forte, le niveau d'activité a chuté de : - 50% en mars 2020 avant de rebondir et atteindre un plateau à fin décembre se situant à 93 % dans l'industrie, 81 % dans les services marchands et 94 % dans le bâtiment. Dans les services marchands les transactions sont en forte baisse (- 11 %) surtout en ce qui concerne l'exportation (- 22 %).

D'autre part dans l'industrie, hormis la filière agroalimentaire, l'activité globale chute de 7,4 %. La construction, avec l'arrêt quasi total des chantiers pendant 2 mois, enregistre une perte de production en 2020 évaluée à - 9,3 %.

?id=H2qZtjxFp6F6LoehLisuF821eL5qjar5

Dans les Alpes-Maritimes, le moral des chefs d'entreprise et les carnets de commande sont en chute libre

Les crises, on les a connues : en 2016 avec l'attentat de la Promenade des Anglais, en 2018 avec la crise des gilets jaunes, mais avec le premier confinement le moral des chefs d'entreprise a chuté comme jamais avant (- 55 point). Particulièrement impactés : les services ont atteint - 60.

La même courbe est remarquée au niveau des prévisions des carnets de commande qui chutent globalement dans les Alpes-Maritimes à -50.

En ce qui concerne l'industrie c'est celle des métaux qui est en fort recul (- 18,5 %). Les moins impactées ce sont les industries chimique (+ 5,5 %) et alimentaire (+ 1 %). Le commerce de l'automobile a marqué une importante chute de - 8,5 % et de l'équipement de la personne -7 %.

De nombreux détaillants sont toujours en péril et seuls les commerces dits essentiels, donc principalement alimentaires, ont marqué un résultat positif (+ 1,5 %).

Les chantiers qui furent à l'arrêt au premier confinement ont redressé la barre au 2e et 3e trimestre ou plutôt juste rattrapé le retard sans atteindre l’activité de 2019.

Pour le secteur des services, l'année 2020 est une année catastrophique et notamment pour les hôtels-cafés-restaurants (- 52,5 %). La situation est d'autant plus catastrophique que les perspectives dans les mois à venir sont nulles. Seuls les services à la personne sont en hausse (+ 3%).

?id=AuDWBCz2HzeclPISjNlj6GZJqhjz5lDj

Baisse de chiffre d'affaires du département de 16 %

Des résultats de l'activité sont en fort retrait pour tous les bassins économiques avec une moyenne de 16 pourcents. Si les bassins de Menton et de Cannes enregistrent une baisse de chiffre d'affaires de 23 % voire 22%, le bassin de grassois, grâce à la filière aromatique et parfumerie, ne marque qu’un recul de 7 %. L'emploi est en chute 5,25 % variant entre -8,5 % pour le bassin cannois et -3 % pour le bassin de Menton.

?id=POibZswm1xC9N4EXF20v1rnXYtneLyYI

L'incertitude sur l'avenir s'aggrave

L'incertitude sur l'avenir s'aggrave et se rajoute aux autres difficultés de l’année 2020 et notamment du quatrième trimestre : la baisse de la demande, difficultés de la trésorerie, les délais de paiement rallongés, l’approvisionnement et la logistique de plus en plus compliqués... Sans oublier deux importantes menaces qui pèsent sur la relance des entreprises : le risque du troisième confinement et la baisse significative du nombre de clients (voire de commandes).

Les chefs d'entreprise se disent très inquiets. La confiance n’est pas au rendez-vous. Seul un sur deux est confiant quand il parle de son entreprise. Ils ne sont que 19 % à avoir confiance en l’économie locale, 11 % en l’économie française et 16 % en l’économie nationale !

?id=1s32v1UXBHvDob2xaKpF4Fz6NPXNnHKk

Perspectives 2021 selon l'étude de la banque de France

Malgré le contexte toujours instable les chefs d'entreprise anticipent une amélioration de l'activité qui ne compensera que partiellement le recul de l'année dernière. Dans le secteur des services marchands, ils attendent une hausse de 7,3 %, dans l'industrie +6,2 % et + 5,1 % dans la construction. Selon la Banque de France cette évolution serait soutenue par un effet rattrapage mais aussi par une reprise de la demande intérieure et dans une moindre mesure des exportations.

Ecomnews - Adds