Ecomnews - Adds
Laurent Wauquiez : " Plus que jamais, il faut soutenir la Recherche en Auvergne-Rhône Alpes "
Par Guillaume Bernard publié le 04 FEVR 2021 à 09:28
Comment faire rester la recherche médicale en France ? Le président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes était en déplacement ce 1er février à l'institut Neuro MyoGène (INMG) de Lyon pour soutenir la recherche médicale.

"Nous sommes une région qui croit en ses laboratoires et qui investit fortement." En déplacement à l'institut NeuroMyoGène (INMG) de Lyon, sur le campus Rockefeller, Laurent Wauquiez a réaffirmé son soutien à la fois à l'association AFM-téléthon, ainsi qu'à la Recherche.

"A l'occasion du Covid, nous avons mesuré à quel point ne pas avoir de Recherche signifie, derrière, s'exposer à la maladie", ajoute le président de Région.

?id=6vFXOBat5SyXlRtA4NYf6kMee3bOYAy5

Or l'INMG est un exemple concret d'initiative en matière de recherche sur le territoire de la région Auvergne-Rhône Alpes. Il est dédié à l’étude des pathologies du muscle, du système nerveux mais également des interactions entre les deux. Avec 17 équipes de recherche soit environ 250 personnes, c'est la plus forte concentration en France d’équipes se focalisant sur les maladies neuromusculaires.

Les objectifs de cet institut ne sont pas modestes puisqu'il s'agit d’élucider des aspects fondamentaux de la biologie du muscle et du système nerveux, depuis le développement embryonnaire jusqu’au vieillissement.

Amortir les effets de la pandémie sur l'investissement

?id=5VFOI44witiSMMowUeL21a3qYzKeMP85

Placé sous l’égide de l’Université Claude Bernard Lyon 1, du CNRS et de l’INSERM, cet institut de recherche bénéficie également du soutien de l'Association française contre les myopathies (AFM).

Or l'AFM peine à obtenir autant de dons que l'année précédente, début décembre, il manquait pas moins de 16 millions d'euros dans les caisses de don du téléthon comparativement à l'année précédente. La faute à la pandémie et à l'impossibilité de maintenir les événements d'habitudes organisés chaque année.

?id=u4bNRMn4Y5kMroXegdJlaIhWI0XnXNK8

Or ce manque à gagner à un effet indéniable sur la Recherche que finance l'association de malades. "J'ai compris que nous, Région Auvergne-Rhône-Alpes, nous devions faire un geste", conclut Laurent Wauquiez qui a remis un chèque de 400 000 euros à l'association.

Un geste fort à l'heure où la Recherche française menace de perdre de lourds effectifs puisque la direction de Sanofi-Aventis Recherche et Développement a annoncé la suppression de 364 emplois en France. Les salariés du groupe étaient d'ailleurs en grève ce 1er février.

Ecomnews - Adds