Ecomnews - Adds
Marseille : Jean-Luc Chauvin appelle la CGT du port à la raison
Par Nathalie Bureau du Colombier publié le 23 JAN 2020 à 15:16
Le président de la Chambre de commerce Aix-Marseille-Provence a révélé ce 21 janvier les pertes subies par le port de Marseille, les chargeurs et les taxes qui avoisinent les 100 millions d'€ depuis le début du conflit en décembre 2019. Il a lancé un appel à la CGT du port afin de pas entraver l’activité lors de la prochaine opération port morts du 22 au 24 janvier. Bien évidemment, il est revenu sur les prochaines élections municipales en appelant les candidats à un changement de méthode.

En ce début d’année, où habituellement le port de Marseille-Fos divulgue son bilan annuel, cette fois-ci c’est Jean-Luc Chauvin, président de la CCI, qui a révélé les dernières statistiques portuaires, en chute libre depuis le 5 décembre dernier, date du début des grèves nationales contre le projet de réforme des retraites.

« En décembre, l’activité conteneurs a chuté de 21,5% à l’import et de 25% à l’export. Et janvier est un très mauvais mois. Sans l’impact des gilets jaunes de 2019, la perte serait de 33% en janvier.

L’impact économique s’élève à 100 millions d'euros dont 33 millions d'euros de pertes de chiffre d’affaires pour les entreprises dans l’incapacité d’importer ou exporter leurs marchandises et 41millions d'euros de surcoût pour les chargeurs. Les entreprises possèdent des stocks de marchandises, de matières premières. 12 escales de paquebots ont été annulées entraînant la perte de 8 800 croisiéristes en tête de ligne et 39 900 en transit.

Des annulations contraignant les agents de revoir l’acheminement des passagers vers Savone. Dans le secteur de la réparation navale, deux arrêts techniques ont été fortement perturbés », se désole Jean-Luc Chauvin tout en lançant un appel à la responsabilité de la CGT maritime.

Il a également annoncé la création d’une cellule de crise aux côté de la Préfecture, de la Dirrecte et de l’Urssaf destinée à accompagner les entreprises en difficulté.

?id=wRglj2rnBgO59itmKJP7BmUaiOLusuqn

Balayant les grands dossiers du territoire métropolitain, il réaffirmé le souhait du monde économique de prendre une part active dans la vie politique à l’approche des élections municipales en prenant position sur les grands chantiers.

« Au lancement de la plate-forme « Tous acteurs » en décembre, nous avions trente partenaires et aujourd’hui nous sommes 59 », s’est réjoui le président de l’institution qui invite les élus à changer de méthode et à se projeter bien au-delà de la fin de leur mandat. Une méthode de coconstruction des projets territoriaux.

« L’idée c’est de partager le meilleur des deux mondes », a-t-il renchérit, désireux de jouer le « tiers de confiance ».

Il a également souligné l’augmentation du nombre d’entreprises enregistrées à la CCI passées de 94 000 à 115 000 en trois ans. Il est également revenu sur les réalisations et projets de la Chambre de commerce avec la création au printemps prochain du rIAlty Lab dédié à l’intelligence artificielle et au projet d’école vouée à former aux métiers de l’IA, rappelé le rôle croissant de la chambre dans la gestion des ports de plaisance et des aéroports de province.

« Nous souhaitons mener à bien le projet de halle alimentaire, nous avons des emplacements à proposer », a-t-il ajouté, comme la place du Général De Gaulle, entièrement rénovée.

La CCI Aix Marseille Provence qui a perdu 60% de ses ressources liées à la taxe pour frais de chambre (TFC) au cours des dernières années cherche un nouveau positionnement en matière de création de services et produits.

« Nous sommes passés de 52 millions d'euros de taxes et en 2010, à 17,5 en 2019 et pour 2020 nous serons autour de 14,2 millions d'euros. La transformation de cette maison nous place en pole position au niveau français », affirme Jean-Luc Chauvin.

?id=KnIHVMIGCphp4jcomYzk79yCcs8EDFzX

Ecomnews - Adds