Ecomnews - Adds
Marseille : La CCI demande aux futurs maires d'adopter un baromètre de l'action publique
Par Nathalie Bureau du Colombier publié le 16 MARS 2020 à 09:46
Elections municipales : les acteurs économiques métropolitains d’Aix et de Marseille préconisent aux futurs élus locaux d’adopter un « baromètre de l’action publique » afin d’accompagner les décisions, de vérifier qu’elles sont bien appliquées et ce dans une logique business de retour sur investissement. Le 12 mars 2020, le président de la CCI AMP a présenté aux côtés de chefs d’entreprises de tous secteurs d’activités les grandes lignes de cette démarche expérimentale qui s’appuie sur un cabinet extérieur.

Gérer une commune comme une entreprise ? C’est l’ambitieux projet présenté le 12 mars par le monde économique provençal qui entend peser sur la conduite des projets économiques du territoire et propose une nouvelle méthodologie.

« Durant des décennies, il y avait une absence totale de porosité entre les élus. Nous voulons participer à l’analyse, à la mise en œuvre des projets, éclairer les décideurs et mesurer l’impact des décisions comme dans nos entreprises », a souligné Fabrice Alimi, vice-président de la Chambre de commerce et d’Industrie d’Aix Marseille Provence.

Cette nouvelle approche que les chefs d’entreprises ont appelée « baromètre de l’action publique » repose à la fois sur « la confiance et la neutralité », assure Jean-Luc Chauvin, le président de la CCI.

?id=9HlVfqS93XFdTyJfNwe8ZKkNL3ITfMiA

Afin de garantir la transparence dans la conduite des projets, le président de la CCI AMP préconise d’avoir recours à un consultant extérieur indépendant.

« Nous allons lancer un appel d’offres, afin de sélectionner le ou les prestataires en juin 2020. L’objectif étant de constituer une plate-forme numérique en octobre afin de sélectionner les dossiers et de les partager entre élus et monde économique. Il y aura un suivi continu pendant toute la durée du mandat pour mesurer l’efficacité des mesures. Celles-ci seront appréciées par un échantillon d’entrepreneurs », détaille Jean-Luc Chauvin.

Dans un souci d’exemplarité, l’élu consulaire a également annoncé sa volonté d’appliquer cette méthodologie d’évaluation à la gestion de la chambre de commerce.

« Notre métier d’entrepreneur nous pousse à innover, à oser », assure-t-il citant l’exemple de Leximpact déployé en 2019 par un laboratoire gouvernemental pour évaluer l’impact économique des amendements déposés par les députés au projet de loi de finances.

?id=VndWXMpgraBbKnRfAnLHMqUPzv2hMGlF

Précurseurs, les États-Unis et la Grande-Bretagne ont mis en place des outils de pilotage, des systèmes d’évaluation de l’action publique. « Le fonctionnement des institutions n’est pas toujours idéal et on oublie qui sont les vrais créateurs de richesse », assure Yves Delafon, président d’Africa Link qui soutient le projet de création d’une maison de l’Afrique à Marseille.

Depuis le 17 décembre dernier au Palais de la Bourse, le collectif d’entrepreneurs « Tous acteurs » présente aux candidats aux municipales cinq défis déclinés en 15 projets touchant à la mobilité, l’habitat, au développement durable, l’attractivité du territoire, le numérique ou encore la jeunesse.

Nathalie BUREAU DU COLOMBIER

Ecomnews - Adds