Ecomnews - Adds
Le Pôle Chimie Balard à Montpellier, un site unique qui mêle recherche et formation
Par Fiona Urbain publié le 28 NOV 2018 à 09:00
Le bâtiment formation du Pôle Chimie Balard à Montpellier a été inauguré le 26 novembre. Un investissement de 104,7 millions d’euros financé quasi intégralement par la Région Occitanie qui doit permettre à ce campus nouvelle génération de rayonner internationalement. Reportage.

Après l’inauguration de la nouvelle faculté de médecine de Montpellier en 2017, c’est le Pôle Chimie Balard qui a été inauguré en présence de Carole Delga, Présidente de la Région Occitanie, de Pierre Pouëssel, Préfet de l'Hérault, Béatrice Gille, rectrice de la région académique Occitanie, Pascal Dumy, directeur de l'ENSCM et Président du Pôle Chimie Balard, Philippe Augé, Président de l'Université de Montpellier, et Jérôme Vitre, Délégué Régional du CNRS.

Un investissement de 104,7 millions d’euros de la Région Occitanie

Situé entre la faculté de sciences et le CNRS, ce campus flambant neuf regroupe sur 35 000 m2, 635 étudiants en formation master et ingénieurs, et 260 en thèse, 530 chercheurs et enseignants.

Comme l’a expliqué Carole Delga lors de l’inauguration, « La construction de ce pôle Chimie Balard a été rendue possible grâce à la volonté politique de Georges Frêche de doter le territoire d'un outil capable de se hisser au niveau des meilleurs établissements internationaux ».

L’ambition affichée par la Région est « de faire de l’Occitanie un leader dans le domaine de la chimie et et favoriser la création d'emplois et de richesses sur le territoire ».

?id=DQR2Zly1WbBhCakqls45DIkhWnaVQhRV

Favoriser la création d’emplois et de richesses sur le territoire

Le Pôle Chimie Balard regroupe les ex-Universités Montpellier 1 et 2 (devenues Université de Montpellier), l'Ecole Nationale Supérieure de Chimie de Montpellier (ENSCM), le Commissariat à l'Energie atomique et aux énergies alternatives (CEA), et le Centre National de de la Recherche Scientifique (CNRS).

L’objectif est de mutualiser et réaliser des économies d’échelle, renforcer les échanges, développer les partenariats recherche/entreprises/formation pour booster les transferts de technologies et donner un rayonnement international à ce pôle.

« Après la fac de médecine, c'est le deuxième projet emblématique pour Montpellier, et il sera suivi par le Village des Sciences » a assuré Philippe Augé, Président de l’Université de Montpellier.

« Ici, on n'a pas d’industrie lourde mais on a de la matière grise, c'est notre force. Montpellier sera au rendez-vous des innovations de demain » a conclu Pierre Pouëssel, le Préfet de l’Hérault

?id=byatawa1WISvq8WiMHf6sPyJiudIpyVn

Photo : Le futur bâtiment recherche qui accueillera à partir de 2020 530 enseignants-chercheurs. Un investissement de 63 millions d'euros (62millions d'euros de la Région et 1 du CNRS)

Ecomnews - Adds