Ecomnews - Adds
Sophia-Antipolis : La première technopole d'Europe fête ses 50 ans !
Par Sanya Maignal publié le 17 JUIN 2019 à 14:50
La première technopole créée en Europe, Sophia Antipolis est également la première en termes de taille. Sur 2 400ha, 2 500 entreprises emploient 38 000 personnes de 64 nationalités. Ces entreprises, grosses multinationales ou petites start-up génèrent toutes ensemble un chiffre d'affaire annuel de 5,6 milliards d'euros. Reportage au coeur de Sophia.

Il a 50 ans, il n'y avait que la garrigue et les pins sur ces terres-là. On ne pouvait pas imaginer y faire autre choses que chasser la perdrix. Aujourd'hui c'est un territoire tourné sur l'innovation autour du numérique, de l'intelligence artificielle, des biotechnologies, un territoire résolument tourné vers le bien-être de demain.

Point de départ : la fertilisation croisée

Tout a commencé avec l'idée de Pierre Laffitte d'y installer une sorte de Quartier latin, une cité de la sagesse au milieu des champs et d'y créér un lieu de fertilisation croisée, un lieu où le monde académique, les chercheurs et des industriels travailleraient la main dans la main.

Cette vision mondiale, qu'avait Pierre Laffitte, n'était pas du goût de tout le monde : la Côte d'Azur était le pays du tourisme du luxe et non de la recherche...

Peu importe, Pierre Laffitte créa un groupement d'intérêt et acheta quelques terrains, obtint le soutien et la mobilisation de l’État.

Franlab, Rohm&Haas, l'Ecole des Mines, le CNRS, Air France, Ceram furent les premières à s’installer sur le plateau de Valbonne. Il aura fallu 15 ans et 38 000 emplois créés pour que Sophia Antipolis soit consolidée dans les esprits.

?id=FaGhVYMSiBge452yLT7mlqmBU15ijvC4

La dynamique incontestable

Les 2 500 entreprises installées à Sophia Antipolis génèrent 5,6 milliards d'euros de chiffre d'affaires tous les ans sur ce territoire, autant que le tourisme sur l'ensemble des Alpes-Maritimes.

1 000 emplois y sont créés tous les ans, malgré les conjonctures économiques pas toujours favorables... Tous ces chiffres témoignent de la dynamique de la technopole.

La fierté des dirigeants c'est également l'excellence : « Quand Sophia Antipolis candidate pour les labels d'excellence tels Idex ou 3IA, elle les gagne » souligne Alexandre Follot, Directeur général du Syndicat mixte Sophia-Antipolis. « C'est l'Eldorado économique, l'Eldorado du développement des innovations », ajoute-t-il.

Les grands bâtisseurs y sont aujourd'hui GSF, Amadeus, Air France, Orange, Thales, Skema, Bosch, Toyota, Median Technology...

4 500 chercheurs travaillent dans 550 centres R&D comme Inria, 3IA, ETSI, CNRS, W3C, Inra UCA, Eurecom... Les start-up, les 5 500 étudiants complètent cette équipe sophipolitaine où l'intelligence humaine est la force principale.

?id=0uhGCLwUyOLd1M0DROcAhSG3xTpwEnqH

Le climat …

Âgé aujourd'hui de 95 ans, Pierre Laffitte s'inquiète justement au sujet du climat et du réchauffement climatique. Le précurseur, il y a 50 ans, lance le message :

« Il faut éviter l'emballement climatique et dans cette lutte Sophia Antipolis a son rôle à jouer. Il faut mobiliser les entreprises pour trouver le moyen de limiter la consommation énergétique de la planète et c'est à Sophia de guider cette lutte. »

...de l'avenir

En ce qui concerne l'avenir du site, le Président de la Casa, Jean Leonetti est optimiste. Le climat morose n'existe pas dans la technopole, même lorsqu'une société quitte le site, une autre la remplace, impulse un sang nouveau, reprend les locaux, crée de l'emploi : Amadeus a repris l'intégralité du site de Texas Instruments, le départ d'Intel a fait le bonheur de Renault et Galderma a laissé place à un Bioparc, un espoir sur la filière des sciences de la vie et des biotechnologies. L'allemand Nuvisan et l'américain Syneos s'y sont installés, ce qui a permis de maintenir 250 emplois

« L'avenir, précise Jean Léonetti, est dans la diversification. Pour les années à venir je souhaite l'émergence d'un Bussiness Pôle Biotechs ».

Les ambitions ne manquent pas à Sophia Antipolis. Les chercheurs boostés par les labellisations Idex et 3IA planchent sur de nouvelles innovations, entre autres la voiture connectée... Pour sa part la communauté d'agglomération anticipe et donne la priorité aux aménagements du territoire, à la mobilité douce et à l'habitat afin de rendre la technopole encore plus dynamique et attractive.

Les chiffres clés

  • 2 400 hectares, répartis sur 5 communes : Antibes, Biot, Vallauris, Valbonne et Mougins
  • À 20 km de l’aéroport de Nice
  • 90 % d’espaces verts
  • 2 500 entreprises
  • 5,6 milliards d’euros de chiffre d’affaires (l’équivalent du tourisme sur la de la Côte d’Azur)
  • 67 nationalités différentes
  • ?id=903BrPNAnsWNO5ekPwLESAWhdwENseOS
Ecomnews - Adds