Ecomnews - Adds
Toulouse : La Mission locale fortement mobilisée durant le confinement pour l'emploi des jeunes
Par Charline Poullain publié le 26 NOV 2020 à 09:50
Dans la métropole toulousaine, le chômage des jeunes a bondi. Ceux qui sont les plus éloignés de l’emploi ont plus que jamais besoin de l’accompagnement de la Mission locale. Aussi les cinq antennes sont restées ouvertes pendant le confinement. Des Rencontres pour l’alternance ont eu lieu pour établir un contact entre les candidats et les employeurs.

En plein confinement, les Rencontres pour l’alternance se sont tenues à Toulouse. Chaque bureau de la nouvelle antenne de la Mission locale située dans le quartier d’Empalot avait été réquisitionné pour des entretiens entre les employeurs et des jeunes en recherche de contrats d’apprentissage ou de professionnalisation.


« Les entreprises qui viennent ont vraiment des offres. On est sur des secteurs porteurs, des métiers en tension », souligne Sophie Beyssac, chargée d’animation territoriale à la Mission locale quartiers Est de Toulouse. « Nous allons avoir besoin de candidats à partir du mois de janvier », confirme Perrine Lafage, coordinatrice d’agence Destination Famille qui propose de la garde d’enfants et du ménage.

Sur les cinq personnes qu’elles a vues, la plupart avaient une formation sanitaire et sociale correspondant aux attentes de la société. Car la rencontre avait été préparée pour coller aux besoins de tous : hôtellerie-restauration, BTP, sanitaire et social, commerce et grande distribution, propreté, services à la personne…

?id=fXzEide77avVWUSZYwrUg6PcS2NbDPIo

Une mission sans rupture


Cet événement était porté par la Mission locale, la plateforme emploi-entreprise UCRM et le Point information jeunesse, en partenariat avec la Ville de Toulouse et la Préfecture. Car le service public ne peut s’interrompre durant le confinement.

Ainsi la Mission locale, qui œuvre pour l’insertion professionnelle des 16-25 ans, majoritairement issus de quartiers prioritaires, a gardé ouvertes ses cinq antennes toulousaines, avec des accueils sur RDV en matinée.

« Nous avons mis en place du télétravail pour les équipes, ce qui permet d’avoir toujours des interlocuteurs pour répondre aux jeunes qui se présentent », explique Cécile Ducros, la nouvelle directrice de la Mission locale de Toulouse, qui a pris ses fonctions la semaine dernière.

Plus de 8 000 jeunes sans formation ni revenu sont actuellement suivis. « Ils assistent à des ateliers collectifs entre trois à cinq semaines : rédaction d’un CV, d’une lettre de motivation, posture vis-à-vis de l’employeur... », détaille Laurent Machault, responsable du pôle territorial. « C’est un accompagnement global, c’est-à-dire en levant des freins comme l’accès à la santé, au logement, à la mobilité », reprend Sophie Beyssac.

?id=SCbrwwyNjc2EZZ1Fzy2Y9pIUnWLojkq2

Un jeune, Une solution

« C’est important pour nous de poursuivre cette mission car les jeunes sont les premiers concernés par le chômage aujourd’hui », souligne Isabelle Ferrer, présidente de la Mission locale et adjointe toulousaine en charge de l’emploi et de l’insertion dans les marchés publics.

Elle rappelle que le chômage des 16-25 ans a augmenté de 16 % sur la métropole.
L’inauguration à Toulouse de 1 jeune 1 solution tombe à point. Cette opération de France Relance regroupe l’ensemble des aides existantes, met leurs acteurs en relation et propose des primes à l’embauche.

En direct de Toulouse

Ecomnews - Adds