#Agriculture #AgricultureBio #Agroalimentaire #Alimentaire #AlpesMaritimes #CommunauteDAgglomerationDuPaysDeGrasse #Grasse #JeromeViaud #ProvenceAlpesCoteDAzur #Videos #AlpesMaritimes #Grasse #ProvenceAlpesCoteDAzur
superadmin
12 avril 2022 Dernière mise à jour le Mardi 12 Avril 2022 à 07:04

A l’heure où la reconquête de la souveraineté alimentaire est devenue une nécessité, la Communauté d’Agglomération du Pays de Grasse lance son Projet Alimentaire Territorial. Labellisé en 2021 par le Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, l

 

Producteurs, citoyens, consommateurs, acteurs de l’agroalimentaire, chercheurs… Tous réunis à Grasse afin de mettre sur pied un plan d’action visant à consolider leur résilience collective.

« On travaille sur un projet d’alimentation territoriale, à l’échelle de notre communauté l’agglomération, au service de tous les acteurs du territoire, précise Jérôme Viaud, Président de la Communauté d’agglomération Pays de Grasse et Maire de Grasse. Le but de la communauté d’agglomération Pays de Grasse est d’être ce trait d’union.”

“On a souhaité se doter des compétences pour que les agriculteurs locaux puissent être écoutés, considérés et intégrés à cette politique. »

?id=Uf3hlaWuEY1Nbdba8Q1zD2uZcdZUs4Yx

Comprendre les enjeux puis agir collectivement

Ce projet alimentaire territorial ne rassemble pas uniquement les agriculteurs locaux , mais aussi les restaurateurs, les chefs d’entreprise de la restauration collective, les habitants du territoire autour de l’objectif « qui est la bonne santé publique, bien manger, réduire aussi notre empreinte carbone, éviter les déplacements inutiles, ajoute Jérôme Viaud. Notre territoire et notre environnement seront notre plus grande richesse. »

Les enjeux sont multiples et les questions que les acteurs se posent sont nombreuses : comment se nourrir sur un territoire, est-ce qu’on produit suffisamment, est-ce qu’il faut nouer des liens avec des territoires alentours, est-ce qu’on mange bien dans les cantines, que peut-on améliorer… ? Mais aussi les questions concernant le développement durable, la durabilité et l’impact des gaz à effet de serre.

« L’objectif du PAT est de construire un plan d’action, de déterminer de quelle façon augmenter la résiliation du territoire, améliorer la santé de ses habitants et améliorer l’adaptation au changement climatique et à la transition écologique », précise Sandra Troupenat, chef de projet Projet Alimentaire Territorial, CAPG.

?id=JghrxooZDu8echjZ7F3fYr7yNiI3V4Ag

Richesse du Pays de Grasse

Si le Pays de Grasse a de nombreuses similitudes avec les autres territoires des Alpes Maritimes et ne produit que 1% des besoins alimentaires, ce territoire a une chance : aller de 6 mètres à 1400 mètres d’altitude et avoir automatiquement une grande variété de paysages et de façon de vivre.

 « Notre agriculture est assez diversifiée, on a l’horticulture, les plantes à parfum, mais aussi en part égale du maraîchage et de l’élevage bovin et ovin, souligne Sandra Troupenat. Sans oublier une grande diversité qui a un rapport avec le régime méditerranéen. On a ce qu’il faut pour bien manger sur le territoire », se félicite la cheffe de projet.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *