Ecomnews - Adds
Auvergne Rhône-Alpes : Comment offrir des débouchés aux apprentis malgré la crise ?
Par Guillaume Bernard publié le 24 FEVR 2021 à 09:04
Proposer 10 000 places de stages et 2 000 en alternance d'ici avril. C'est le grand pari de Laurent Wauquiez le président de la Région Auvergne Rhône-Alpes alors que le dispositif qui permettait aux apprentis d'étudier sans avoir d'employeur prend fin en février.

"Avec les aides de l'Etat aujourd'hui prendre un apprenti ça ne coûte presque rien", a annoncé le président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes. Face à lui les présidents de la CPME, de la CCI, du MEDEF, du Rhône ou de Lyon aquièssent.

Pourtant ce sont près de 2 000 jeunes de la région qui pourraient être obligés d'arrêter leur formation en février d'après le président de Région, faute d'avoir trouvé un employeur.

En cause : le dispositif dérogatoire mis en place par l'Etat du fait de la pandémie et qui prend fin à cette date-là. Il permettait aux apprentis n'ayant pas trouvé d'employeur de rentrer tout de même dans une formation, ce qui n'est pas possible d'habitude.

?id=LQfTrWN6Y0PbLVY0ObSJOGyt5DsHKiAE

"Ce sont des jeunes bien, qui ont fait le choix de l'apprentissage, il faut les soutenir. La Région va se substituer à l'Etat pour que les étudiants puissent finir leur scolarité", foudroie Laurent Wauquiez.

D'un côté, la Région souhaite prendre en charge ces jeunes pour qu'ils ne sortent pas du système scolaire, de l'autre, elle souhaite toujours qu'ils trouvent un employeur.

Elle souhaite ainsi les diriger vers les formations qui recrutent comme le sport, la transition écologique et numérique, ou encore l'agriculture. Pour ce faire, elle sera aidée par les syndicats patronaux et les CCI. "2 000 offres d'alternance d'ici avril c'est très ambitieux", modère tout de même François Turcas, président de la CPME du Rhône.

?id=hOh4gt2uNVSLDHrVmRvjo0MKRmS7OfJi

Les offres d'emplois seront postés sur l'application nos talents nos emplois. La région veut en proposer 200 dans la maintenance et la restauration. Malgré les affirmations de Laurent Wauquiez il reste toutefois des choses à attendre de l'Etat puisque, dans une instruction ministérielle, transmise aux préfets, la ministre du travail Elisabeth Borne prévoit un plan d’actions en faveur des jeunes apprentis qui atteignent la durée limite de six mois de formation sans être parvenu à trouver un employeur. "A la clef, mobilisation des réseaux consulaires, d’employeurs, des Opco et possibilité de poursuivre ses études par la "voie scolaire"", révèle Actuel RH.

?id=aPw2zpXEsMfVd26EBrzGebtpiiTLwO17

Un plan pour les universités

Laurent Wauquiez a également fait des déclarations à l'adresse des universités. Il souhaite proposer aux présidents d'université de les aider à organiser des tests Covid dans les établissements. Il souhaite aussi aider les étudiants à boucler leurs budgets alimentaires.

Il lance ainsi un appel à projet de 200 000€ pour les épiceries solidaires qui s'investiraient dans la problématique. Le projet pourrait s'inspirer de l'initiative régionale un caba pour un étudiant. Ce dispositif propose une plateforme de mise en relation entre particuliers et étudiants. Il s'agit de faire "une course en plus" pour la donner à un étudiant de son quartier. Il a été créé il y a 15 jours.

Enfin, le président de Région a annoncé que la cellule psychologique, pour l'heure à destination des employés de la Région serait ouverte aux étudiants.Il a rappelé qu'un étudiant sur 3 souffre aujourd'hui de troubles psychologiques.

Ecomnews - Adds